Assurance habitation et catastrophe naturelle, quelle est son rôle ?

Forte précipitation, glissement de terrain, tempête... Quelles sont les catastrophes naturelles prises en charge par votre assurance habitation multirisque ? Comment se faire indemniser correctement en cas de sinistre ? Les réponses.

 

Définition de la catastrophe naturelle

La loi du 13 juillet 1982 qualifie de catastrophe naturelle tout agent naturel d'intensité élevé : raz de marée, inondation, débordement de cours d'eau, avalanche, glissement de terrain, etc. Voilà pourquoi elle est souvent confondue avec une forte intempérie.

Pour ne pas se tromper de couverture, souscrivez une assurance habitation multirisque et une assurance intempéries.  Rassurez-vous, vous n'êtes pas en train de payer le double pour la même couverture. Une garantie anti-intempérie vous indemnise sur les dégâts causés par les fortes précipitations et les vents violents qui ne font pas l'objet d'un arrêté ministériel. Si une catastrophe naturelle s'accompagne d'une intempérie, vous pouvez faire jouer les deux couvertures pour toucher davantage d'indemnisation. Si votre habitation n'est pas située dans la zone concernée, vous pouvez demander un dédommagement sur les fortes pluies entraînées par la catastrophe naturelle.


Comment bien réclamer une indemnisation ?

La réclamation d'un sinistre doit être faite dans les 10 jours suivant la publication au Journal officiel de l'arrêté de catastrophe naturelle. Il faut alors constituer votre dossier dans le plus bref délai. Ne jetez rien, et procédez à l'inventaire des biens endommagés. Photographiez les dégâts et réunissez les factures, preuves d'acquisition et bons de garantie des biens concernés.

Faites appel à l'expert mandaté par votre assurance pour constater les dommages et soumettez votre dossier à votre assureur. Celui-ci doit vous verser une partie des indemnités dans les 2 mois suivant l'arrêté ministériel. Des exceptions existent chez certaines compagnies françaises proposant une réception rapide des fonds, voire un relogement pendant les travaux.

En général, l'indemnisation intégrale s'effectue dans les 3 mois après la réception de l'estimation par l'assureur. Notez que l'importance de dégâts peut ralentir le processus d'indemnisation et l'assureur peut ne pas envoyer un expert si le sinistre est minime.


La franchise en matière de catastrophe naturelle

L'indemnisation en matière de catastrophe naturelle est éligible à une franchise. Sauf si l'assuré a signé l'option zéro franchise dans son contrat d'assurance. De telles offres existent bel et bien chez les compagnies d'assurance françaises. D'ailleurs, Amaguiz en offre en option dans une de ses formules anti-dommage.

La franchise se définit comme la part de responsabilité du client dans l'indemnisation. Prévue par la loi, elle est de 380 € pour les habitations et biens à usage non professionnel et 1 520 euros si le dommage est causé par un glissement de terrain ou une réhydratation du sol. Votre assureur (Allianz, Axa, etc.) ne peut pas exiger un montant supérieur. Sauf si le sinistre se répète chaque année et votre commune ne possède aucun Plan de Prévention des Risques naturels (PPR) ; dans ce cas, la franchise légale peut être triplée, voire être quadruplée.